Le cerveau : 14 trucs et habitudes du quotidien qui abiment les neurones

Publié le 02/09/2017
S'il y a bien quelque chose de reconnaissable et d'unique chez l'être humain, c'est notre cerveau complexe à la fonction sophistiquée. Il n'a pas fini de nous étonner. Si on connait mieux son fonctionnement grâce à l'imagerie cérébrale : aire visuelle, aire auditive, aire du langage... Il recèle encore bien des mystères...

Un concentré de chimie et d'informations ! Mais saviez-vous qu'il existe des modes de vie et choses qui peuvent nuire à ses performances ? Eh oui, notre cerveau n'échappe pas à la règle des organes : si on n'en prend pas soin, il peut vieillir et dégénérer avant l'heure.

Voici les pires choses, produits et habitudes qui rendent votre cerveau plus lent et moins capable à faire avec modération pour garder ses neurones sains :

Une alimentation trop restrictive



Les organes perdent du volume si on les prive trop longtemps de nutriments essentiels. Pour être en bonne santé, le cerveau a besoin d'au-moins 100 grammes de glucides au quotidien et d'apports suffisants en omega-3 (EPA et DHA). Même si des jeûnes courts peuvent s'avérer bénéfiques.

Trop peu de sport



Non seulement le sport permet de créer plus de neurones et de renforcer ceux-ci, mais en plus, il améliore l'apport en oxygène et nutriments pour cet organe, tout en permettant une meilleure évacuation des déchets, toxiques et toxines.

Le tabac



Fumer des cigarettes peut bien vous rendre plus bête par atrophie du cerveau ! Moins bonne circulation sanguine, en effet...

L'abus d'alcool



L'alcool est neurotoxique. Mais si on freine sa consommation, le cerveau se répare (comme le foie).

La déshydratation



Le cerveau est un organe qui contient beaucoup d'eau. Alors forcément, si vous en manquez, cela se répercutera sur ses performances.

Dormir tête couverte



Halte aux bonnets de nuit ! Une tête découverte permet de mieux s'oxygéner (la peau respire).

Le portable



Il y a une corrélation entre l'utilisation excessive du portable placé à l'oreille et le développement de cancer cérébral. C'est un facteur aggravant.
   
1 / 2