L'heure de pointe : 10 pays ou il ne vaut mieux pas être coincé dans les bouchons

Publié le 03/09/2017
Les vacances ne sont pas loin. Si vous êtes de ceux qui voyagent en voiture, vous savez bien ce que c’est que de rentrer chez soi un samedi noir. En un mot : l’enfer. Surtout lorsqu’il fait chaud et que vos compagnons de route sont encore plus impatients que vous… Eh bien ce n’est pas fini, la rentrée arrive mais les embouteillages continuent.

En train ou en voiture, c’est pareil. Il n’y a qu’en deux roues, motorisés ou non, que vous pourrez vous libérez de la redoutable heure de pointe. Celle qui vous fait suer, rager, stresser, insulter et maudire. L’horreur absolue, l’inévitable dès la sortie de bureau. Mais peut-être bien qu’on n’est pas si mal loti. On vous laisse regarder ces photos des plus gros bouchons à travers le globe, vous pourrez relativiser un peu…

Si la promiscuité vous donne des sueurs froides, veillez à ne pas vous déplacer dans ces pays aux heures de pointe :

Bangladesh: Les trains sont rares pour les ouvriers qui veulent rentrer chez eux, alors les hommes s'entassent même sur le toit de la locomotive



Pékin : A l'heure des retours à la maison, les immenses autoroutes pékinoises sont noires de monde



Cambodge : Beaucoup de cyclos avec et sans moteur sur les étroites routes cambodgiennes ce qui empêche de doubler facilement



Inde : Dans ce pays les vaches sont sacrées, donc si elles décident de s'installer sur une route, c'est fini.



Tapei : 100% scooter. Casques, masques anti-pollution, cette photo est juste impressionnante



Sao Paulo : Comme dans d'autres grandes métropoles, il n'y a pas assez de places dans le métro pour tout le monde, il faudra prendre le prochain.



Moscou : Le réseau routier de la ville est vieux et très mal optimisé pour un flux si important de voiture, ce qui provoque des bouchons monstres en centre-ville.



Palerme : En Italie, détente.. On sort le ballon lors des bouchons



Retour au Bangladesh mais cette fois-ci en centre ville avec des milliers de vélos pousse-pousse