9 choses à connaitre sur les pets vaginaux pour se coucher moins bête ce soir

Voici 9 choses que vous ignorez surement sur les pets vaginaux. Vous savez, ces fameux bruits qui sortent du petit trésor des dames. Mais Pourquoi ? Après nous êtes renseignés auprès de gynécologues, nous sommes en mesure de vous donner des explications sur ce grand mystère féminin.

Publié le 06/09/2017
1 C'est autre chose qu'un prout sortant de derrière

Le "prout de foufoune" n'est pas une fermentation bactérienne des intestins. Car oui, les gaz que nous expulsons sont produits directement dans notre corps, du fait de cette fermentation. Dans le cas d’un pet vaginal, c'est juste l'air ambiant qui s'infiltre et qui ressort. Malheureusement, contrairement au pet anal, le pet vaginal est très difficile à voir arriver et quasi impossible à retenir. La plupart du temps, sitôt l’air entrée, sitôt il est repoussé vers l’extérieur. En effet, le vagin n’est pas une vraie cavité. En temps normal, les parois sont jointes. C’est pourquoi il est surprenant, pour votre entourage et surtout pour vous-même. On ne le voit pas venir comme un pet classique.

2 Ce n'est pas dégueu

A ne pas associer aux bactéries, donc. Même si psychologiquement, il est tentant de penser que c'est la même chose que le pet des fesses. Surtout que le bruit ressemble. Et on ne le répétera jamais assez, le vagin est propre, il s’auto-nettoie. Ce n’est pas le cas de votre postérieur.

3 Il n'y a pas d'odeur, comme l'argent

Si le partenaire n'est pas loin de l'antre de l'amour, pas de risque qu'il soit empesté... En fait, le mot pet est très mal choisi car il a cette connotation négative liée aux odeurs nauséabondes qui s’échappent de nos fesses. Dite vous que les pets vaginaux, ce n’est qu’un bruit, une sorte de nuisance sonore. Vos narines ne risquent rien !

4 Potentiellement, toutes les femmes sont concernées

Eh oui ! Point besoin de culpabiliser. Certaines plus ou moins, cela va dépendre de la tonicité de leur vagin et de leur activité physique (sport, rapports sexuels, marche...). Il est fort probable que la très distinguée Kate Middelton en produise de temps en temps. Si même l’épouse du Prince britannique fait des prouts, arrêtons de nous torturer l’esprit. Ce n’est pas bizarre, ce n’est pas dégueu, ce n’est pas un problème de santé. C’est tout simplement féminin.



5 Il y a plus de chances que ça arrive durant l'amour

Il y a dilatation du vagin, donc plus d'air peut entrer dedans. En plus, avec le pénis, il peut y avoir un effet tire-bouchon. En cas de trop forte lubrification, les parois se détendent, ce qui va aussi jouer dans la fréquence de ces nuisances sonores. C’est également très fréquent lors des cunnilingus, lorsque le partenaire souffle de l’air. Si vous êtes sujette à ça et que ça vous embarrasse, n’hésitez pas à prévenir votre partenaire. Vous éviterez tout quiproquo un peu gênant et pourrez profiter pleinement.

6 Qu'importe la position sexuelle

C'est plus une histoire de forme du vagin, qui varie d'une femme à une autre. Ne vous empêchez pas de tenter de nouvelles expériences par peur du redoutable prout. On n’y peut rien, alors on dédramatise, on en rit et on y retourne. Ce serait dommage de gâcher un si bon moment.

7 Les muscles peuvent être impliqués

Un manque de tonus des muscles vaginaux peut augmenter le risque de faire des prouts. Oui, on pense à travailler les abdos, les fessiers, mais rarement le périnée. Un geste tout simple pour muscler les parois vaginales : contrôler son pipi. Bloquer la miction et uriner par à-coup va tonifier tout ça et réduire les pets vaginaux. L'accouchement d'un bébé volumineux peut aussi être incriminé, de même que l'excès de sport, paradoxalement.

9 C'est corrélé au cycle menstruel

Pendant l'ovulation, les muscles vaginaux se relâchent. C’est bon à savoir, surtout si vous avez tendance à vous perdre dans votre cycle. Une petit indice en plus! Bientôt, vous n’aurez plus besoin de calendrier.

Nous espérons vous avoir un peu plus éclairé sur les fameux pets de chatte !